Vous êtes ici : Version française > Promotions accueillies > Promotions antérieures > Séjour 2016-2017

Séjour court

Alexie
Tcheuyap

Science politique - Canada

Discipline(s)

  • Science politique

Thèmes de recherche

PROJET

BOKO HARAM, LES MEDIAS ET LE DISCOURS SÉCURITAIRE

Depuis les années 1990, l’espace post‐colonial a été associé à un ensemble de concepts, dont le dénominateur commun est l’instabilité, un discours que les médias contribuent à propager. L’apparition récente de Boko Haram a élargi la cartographie de la violence. Avec des groupes dispersés dans tout le Nigeria, Boko Haram a fait des ravages dans la géopolitique de la violence, entraînant une véritable mutation : si le nombre de conflits n’a pas augmenté, les organisations terroristes ont transformé les modalités des conflits préexistants. Dans la mesure où ceux‐ci n’impliquent plus deux armées et sont donc moins asymétriques, les ennemis « invisibles » sont implantés sur un terrain où la « loi de la guerre » (ou différentes conventions, de valeur variable) n’existe pas. De plus, ce qui est nouveau est que Boko Haram ne revendique pas d’être actuellement en « guerre » : le groupe se contente de terroriser des populations civiles, alors que les États leur déclarent ouvertement la guerre.

Sous ses différentes formes, la violence a jusqu’à récemment fait l’objet de quatre sortes de couvertures médiatiques : des représentations littéraires, des émissions audiovisuelles, une production intellectuelle et, enfin, des rapports de recherche ou études d’«experts ». Avec l’apparition de Boko Haram, seules les trois dernières formes et les rapports sur les études stratégiques esquissent une compréhension des dynamiques de ce groupe terroriste.

La seule étude sur la couverture médiatique de la terreur islamique au Nigeria est celle d’I.S. Popoola (« Press and terrorism in Nigeria: a discourse on Boko Haram”, Global Media Journal: African Edition, vol. 6, n° 1, juillet 2012). Elle mérite d’être réévaluée pour plusieurs raisons. Elle est d’abord limitée à une étude locale, alors que les attaques du groupe s’étendent maintenant au Tchad, au Niger et au Cameroun. Ensuite, depuis la publication, le groupe a refait les gros titres des journaux du monde entier avec l’enlèvement des élèves de l’école de Chibok. Enfin, l’approche de l’auteur repose sur une analyse institutionnelle, alors que mon projet met l’accent sur l’analyse de contenus des médias.

Ce projet comble un manque dans la recherche actuelle par une analyse scientifique du discours médiatique sur Boko Haram. Alors que les couvertures des médias occidentaux mettent l’accent sur le caractère monstrueux des massacres perpétués par ce groupe et sur les aspects sécuritaires, les journalistes des pays concernés souvent au‐ delà de l’indignation humanitaire et offrent d’autres interprétations. Par exemple, ils tendent à nier l’existence de Boko Haram, parfois réduit à une conspiration occidentale et ils abordent l’insécurité comme une opportunité politique de corrompre les gouvernements. La manière souvent contradictoire dont les médias rationalisent les attaques, ainsi que les enjeux politiques que leurs apparitions suggèrent dans le discours sécuritaire n’ont jamais été étudiés systématiquement.

Activités / CV

BIOGRAPHIE

Alexie Tcheuyap est professeur au département d’études françaises de l’Université de Toronto. Il est titulaire d’un doctorat de IIIe cycle en littérature de l’Université de Yaounde et d’un doctorat en études française de la Queen’s University (Kingston, Canada). Ses principaux sujets de recherche sont les études des médias, des littératures et du cinéma africains francophones.

PUBLICATIONS PRINCIPALES

Books

  • Autoritarisme, presse et violence au Cameroun. Paris, Karthala, 2014, 315p.
  • Postnationalist African Cinemas, Manchester & New York, Manchester University Press, 2011, 275p.
  • De l’écrit à l’écran. Les réécritures filmiques du roman africain francophone. Ottawa: University of Ottawa Press, 2005. 230p.
  • Esthétique et folie dans l’oeuvre romanesque de Pius Ngandu Nkashama. Paris: L’Harmattan, Collection Critiques Littéraires, 1998. 240p.

Edited Books

  • Pius Ngandu Nkashama. Trajectoires d’un discours. Paris, L’Harmattan, 2007, 350p.
  • Cinema and Social Discourse in Cameroon. Bayreuth: Bayreuth African Studies, 2005, 345p.

Journal Special Issues

  • 2017 Documenting the African Experience; Documentary Filmmaking in Africa. Critical Interventions (With Suzanne Crosta & Sada Niang)
  • Ce que s’indigner veut dire. Ambroise Kom et les trajectoires postcoloniales. Présence Francophone 86, 2017, 180p.
  • Calixthe Beyala. Romancière iconoclaste. Présence Francophone 75, 2010, 255p, (with Nathalie Etoke).
  • Cinémas africains en transition, La Revue de l’Université de Moncton 40‐1, 2009, 135p.
  • Ahmadou Kourouma ou l’écriture comme mémoire du temps présent. Special Issue of Études Françaises, Vol 42. 3, 2006, 165p. (With Josias Semujanga).
  • Du texte au(x) texte(s). Dynamiques littéraires et filmiques au Maghreb. Special issue of Présence Francophone 65, 2005, 260p.
  • Afrique en guerre. Special issue of Études Littéraires 35, Vol 1, 2003, 175p.
  • Brain Drain and National (De)Construction in Africa/Fuite des cerveaux et (Dé)Construction nationale en Afrique. Special issue of Mots Pluriels 20, February 2002
  • Littérature et Cinéma en Afrique francophone. Special issue of Présence Francophone 57, 2001, 180p. (With Sada Niang)

Informations complémentaires

EURIAS fellow