Séjour long

Annabel L.
KIM

Littérature

Coordonnées

Thèmes de recherche

PROJETS

Devoir de fiction : pour un avenir littéraire au-delà de l’auto- et l’exofiction

Ought to Fiction est une critique du penchant qu’a la littérature française contemporaine pour le réel, comme vu dans l’acharnement pour l’autofiction et l’exofiction à chaque rentrée littéraire. Ce projet interroge comment les deux genres font de la littérature une expression d’identité, ce qui constitue une position qui abandonne la liberté qu’offre la littérature—la liberté de transcender les limites du réel qui nous contraignent dans notre quotidien.
Tandis que les enjeux égocentriques de l’autofiction sont évidents, ce projet soutient que l’exofiction, ou la biographie fictive, ce qui semble transcender ou se détourner du moi, est en fait une autre forme d’autofiction. Dans l’exofiction, pourtant, l’auto en question n’est pas le moi individuel qu’on trouve dans l’autofiction traditionnelle, mais l’auto d’une nation française qui désire posséder une identité cohérente, une sorte de moi, ce désir suivant la pente d’un déplacement biographique.
Ce projet demande à la fiction d’être la fiction, de retourner à la fiction, et sert comme avertissement contre la transformation de la fiction en un site de reproduction des fictions très réelles de l’identité qui soutiennent le paysage d’une politique contemporaine marquée par la xénophobie et le populisme.

Traduction en anglais du Chantier littéraire de Monique Wittig

Le Chantier littéraire (Presses universitaires de Lyon, 2010) de Monique Wittig, publié posthumément, est à la fois une des œuvres les plus négligées et les plus importantes de cette auteure et théoricienne féministe. Ce projet de traduire en anglais l’ars poetica de Wittig se fait dans l’espoir de rendre accessible à un large public cette œuvre critique qui corrige la division qui s’est opérée entre son travail littéraire et son travail théorique. Le Chantier littéraire démontre comment, pour Wittig, le littéraire est politique et le politique est littéraire, et représente un remaniement audacieux de la façon dont nous pensons l’interrelation entre les deux.

Activités / CV

BIOGRAPHIE

Annabel Kim est professeure associée des langues et littératures romanes à l’Université de Harvard.
Spécialiste de la littérature française des XXe et XXIe siècles, Kim est l’auteure de deux livres : Unbecoming Language: Anti-Identitarian French Feminist Fictions (Ohio State UP, 2018) et Cacaphonies: The Excremental Canon (University of Minnesota Press, 2022).
Elle a également publié sur des auteurs contemporains tels que Marie Darrieussecq, Anne Garréta, Daniel Pennac, et Leïla Slimani dans PMLA, French Studies, diacritics, L’Esprit Créateur, Revue critique de fixxion française contemporaine, SITES: Contemporary French and Francophone Studies ainsi que dans des revues plus publiques telles que Public Books et AOC [Analyse Opinion Critique].

BIBLIOGRAPHIE

  • Cacaphonies: The Excremental Canon (University of Minnesota Press, 2022)
  • Unbecoming Language: Anti-Identitarian French Feminist Fictions (Ohio State UP, 2018)
  • "A Return to Culture: Literature as Ecology", Contemporary French and Francophone Studies/SITES 25, no. 1 (2021): 85–94.
  • “Leïla Slimani’s Taboos”, Public Books, January 5, 2021
  • “A Tale of Two Forests: Marie Darrieussecq’s Humanism,” L’Esprit Créateur 60, no. 3 (2020): 73–84.
  • “Dans l’béton, dans la merde: Anne Garréta’s Intractable Materiality,” Fixxion: Revue critique de fixxion française contemporaine 21 (2020): 121–30.
  • “The Excremental Poetics of Daniel Pennac’s Journal d’un corps.” French Studies 73, no. 3 (2019): 416–33.
  • “La croisée des mondes – à propos de La mer à l’envers de Marie Darrieussecq.” AOC Media. September 2019.
  • “Autofiction Infiltrated: Anne Garréta’s Pas un jour.” PMLA 133, no.3 (2018): 559–74.
  • “The Riddle of Racial Difference in Anne Garréta’s Sphinx.” Diacritics 45, no. 1 (2017): 4–22.
  • “Marie Darrieussecq’s Clèves: A Wittigian Rewriting of Adolescence.” Studies in 20th and 21st Century Literature 40, no. 1 (March 2016)