You are here : Version anglaise > Fellows > Previous promotions > Fellows 2020-2021

Short stay

Krisztina
Tóth

Author - poetry & literature - Hungary

Contact details

Research topics

PROJECT

The monkey’s eye, novel

Jusqu’où va la liberté de l’Homme, que signifie exactement la réalisation de soi ?

Pour Dr. Kreutzer le héros du roman, quel meilleur prétexte que son mariage raté pour entretenir des rapports érotiques avec ses malades ? Le psychiatre, un homme fou de pouvoir, fait tout son possible pour garder ses patientes sous son emprise. Une de ses amantes, séparée de son frère pendant son enfance, tente désespérément de trouver des réponses aux traumas de sa vie sans issue, tandis qu’elle s’empêtre de plus en plus dans sa relation avec son médecin.

Pendant ce temps, apparaît un jeune homme, qui tente de retrouver sa mère 20 ans après qu’elle l’ait abandonné dans un hôpital. Force d’évènements, le garçon croise le chemin du psychiatre, qui l’aide à recoller les pièces de son passé.

Derrière le mariage et la personnalité des patients déchirés, on aperçoit la lueur d’un décor usé et en haillons d’un pays lui-même déchiré. Des épisodes tragi-comiques présentent l’époque et les lieux, où l’histoire se déroule. Une mère tyrannique et souffrant de démence apparait à l’arrière-plan. Elle se prend pour une chanteuse d’opéra, puis meurt soudainement, son corps encore agité par un fauteuil massant. On fait la connaissance d’une femme de ménage anorexique, qui prêche les conseils savants sur la diététique. Elle trie les frigos de ses employeurs avec frénésie, et ne sait pas faire de vélo, le vent l’emporterait. A l’ombre de ces évènements, un politicien paranoïaque fait souvent surface, (prière de ne pas lui souffler que je le vois), jamais sans garde du corps.

Le garçon ne retrouve pas sa mère disparue, les patients du psychiatre ne deviennent ni plus heureux, ni plus sains, le politicien ne devient pas plus grand, malgré ses talonnettes, et, malgré ses ambitions, le psychiatre ne devient pas plus indispensable, puisque personne à part lui-même ne pense qu’il est prédestiné à de plus grandes choses qu’il n’ait déjà atteintes, bien au contraire.

Nous suivons l’histoire à travers différents points de vue, et à travers la conscience du dit personnage; ainsi, il incombe au lecteur de faire la part des choses, ou de se demander si la vérité objective existe vraiment. Et quid de la liberté ? Si oui, alors de quelle manière chacun la ressent-il ? Ce texte est le miroir triste et ironique de notre monde absurde.

 

Activities / Resume

BIOGRAPHY

Krisztina Tóth is one of the most popular and best known Hungarian authors and the recipient of numerous awards. She studied sculpting and literature in Budapest, and spent two years in Paris during her university years. She lives in Budapest, where she translates French poetry and teaches creative writing.

Krisztina Tóth has published ten volumes of poetry and seven volumes of prose to date. In 2015, her novel Aquarium featured on the shortlist of the German Internationaler Literaturpreis. Her works have been translated into fifteen languages: her novels, short stories and poems can be read in German, French, English, Polish, Finnish, Swedish, Czech and Spanish, among others. Her children’s books treat topics that are considered unusual, even taboo, in children’s literature. Mum Had an Operation explains cancer to schoolkids in a humorous and lyrical tone, whereas the main characters in A Story for Nose-Blowers are two members of the ‘Snotty family’ who live in the right and the left cavity of the nose. The Girl Who Wouldn’t Talk was inspired by the story of her own adopted daughter.
Her most recent volume of poetry, World Adapter was published in 2016; her bestselling short story collection Panther’s Pomp in 2017. Krisztina Tóth also writes plays.
Her musical Wanderer of the Years explains passing and letting go to children, whereas Pokémon go is for adults: currently played in Budapest, this play is a grotesque portrait of Central Europe today.
 

BIBLIOGRAPHY

Anglais
Pixel, eredeti cím: Pixel, ford: Owen Good, Seagull Books, 2019,
Bulgare
Barkode: Petnadeset istorii, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Neli Dimova, Ergo, 2012
Tcheque
Akvárium, Jiri Zeman, Fra 2014 Praha
Čárový kód, Vonalkód, ford. Jiri Zeman, Fra 2015 Praha
Dívka, která nemluvila, eredeti cím: Lány, aki nem beszélt, ford.: Eleonóra Hamar, Baobab, Prága, 2018
Finnois
Viivakoodi, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Juhani Huotari, Avain, Helsinki, 2009
Français
Le reve du minotaure, édition Caractere, Paris 2000
Code-barres, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Guillaume Métayer, Gallimard, 2014
Croate
Linijski kod, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Zlatko Omerbašić, Samizdat B92, 2009
Polonais
Mama miała operację, eredeti cím: Anyát megoperálták, ford.: Anna Butrym, Adamantan, 2017
Pixel, Stúdió EMKA Warszawa 2014, translated by Klára Anna Marciniak
Linie kódú kreskowego, Wroclav 2016,translated by Anna Butrym
Macédonien
ПИКСЕЛ, eredeti cím: Pixel, ford.: Czinege-Panzova Annamária, Или-Или, 2013
Allemand
Die brennende Braut, ford.: Buda György, Nischen Verlag, Wien, 2017
Aquarium, eredeti cím: Akvárium, ford.: Buda György, Nischen Verlag, Wien, 2015
Pixel: Textkörper, eredeti cím: Pixel, ford.: Buda György, Nischen Verlag, Wien, 2013
Strichcode: fünfzehn erzählte Begebenheiten, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Ernő Zeltner, Berlin Verlag, 2011
Italien
Pixel, eredeti cím: Pixel, ford.: Mariarosaria Sciglitano, Edizioni ETS, 2020
Espagnol
El sueño de la amante, ford.: Yvonne Mester–Enrique Alda, Olifante ediciones de poesia, 2016
Código de barras lineal, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Cserháti Éva–Orbán Eszter–Antonio Manuel Fuentes Gaviño, Nadir, 2010
Suédois
Pixel, eredeti cím: Pixel, ford.: Daniel Gustafsson Pech, Tranan, 2015
Serbe
Linijski kod, eredeti cím: Vonalkód, ford.: Zlatko Omerbasic, Samizdat B92, Belgrád, 2009
Slovaque
Básne, eredeti cím: Pixel, ford.: Gabriela Magova, Ars Poetica, 2010
Slovene
Piksel: besedilno telo, eredeti cím: Pixel, ford.: Gaál Gabriella, Literarno-umetniško društvo Literatura, 2014
Turc
Piksel, eredeti cím: Pixel, ford.: Gün Benderli, Dedalus, 2014