Conférence

Stéphane Frioux: Scruter le brouillard du passé - Ecrire l'histoire de la pollution de l'air et de sa gestion au XXe siècle en France et à Lyon en particulier

Le 19 juin 2019

18h00 - 20h30
Salon de la Résidence IEA
3 Allée de Fontenay, 69007 Lyon

Conférence en anglais
Nombre de places restantes : 26
Date limite d'inscription : 18 juin 2019

La pollution de l’air est devenue une des principales questions d’administration de l’environnement urbain pour les autorités publiques à diverses échelles. C’est aussi une priorité importante en matière d’épidémiologie et de recherche scientifique, tout comme en matière de suivi des techniques environnementales.

L’histoire de l’environnement peut fournir des informations sur l’interaction entre les parties prenantes et peut expliquer comment et pourquoi la gestion de la pollution aérienne s’est parfois accélérée, ou a stagné. La présentation comprendra une description de l’historiographie internationale et les premiers résultats d’une étude conduite en France.

Stéphane Frioux est maître de conférence en histoire moderne à l’université Lumière Lyon 2 et membre junior de l’Institut universitaire de France (2018-2023). Ses recherches portent sur l’histoire de l’environnement urbain aux XIXe et XXe siècles, avec un accent sur la gestion de la pollution (eau, air et sol). Il a récemment publié et publié conjointement des numéros spéciaux de revues : « Mobilier pour l’environnement après 1968 », Le Mouvement social, n°262, janvier-mars 2018, et « Sur les traces de la santé environnementale », Écologie & Politique, n°58, 2019/1.
 
Parmi ses dernières publications, « Air Pollution as Urban Problem in France, From the Mid-Nineteenth Century to the 1970s », in Tim Soens, Dieter Schott, Michael Toyka-Seid et Bert de Munck (éd.), Urbanizing Nature. Actors and Agency (Dis)Connecting Cities and Nature Since 1500, New York, Routledge, 2019, p. 217-237, et « The diffusion of innovations to improve the French urban environment (1890s-1940) », Modernen Stadtgeschichte, 2018/2, p. 102-116.